Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Clef secrete Se souvenir de moi

SUJET : Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 10 mois #35

Bonjour,

Voici un autre excellent mémoire du CNSMDP tentant d'objectivé de manière extrêmement rigoureuse, l'influence du préampli et du convertisseur dans la chaîne audio-numérique.

Bonne lecture

ftp://ftp2.fsms.fr/fsmspari/MEMOIRES/cyr...metivier-memoire.pdf
- Bernard Pivot : En quel animal aimeriez vous être réincarné?
-Woody Allen : ...En éponge, une éponge c'est sympa et ça n'a pas d'ennemis!
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: schizoide, didier.breizh

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #179

  • vjm
  • Portrait de vjm
  • Hors Ligne
  • Pragmatic Gold
  • Messages : 364
  • Remerciements reçus 6
Cette étude est très intéressante, il en ressort que l'on peut faire de bon enregistrements avec nombres d'appareils variés et de différentes factures. Que la subjectivité joue un rôle déterminant dans l'évaluation d'un matériel, j'aurais envie de rajouter, d'autant si lors de tests tout n'est pas réuni pour la rendre la plus "inpropice" possible.
Il n'en reste pas moins que beaucoup et j'en fait parti on des préférences pour tel ou tel micro tel ou tel préamp, tel ou tel convertisseur ect.
Alors qu'il faille relativiser sur l'impact du matériel surtout quand celui ci est de qualité... certes, mais de là a mettre tout le monde dans le même panier sans distinction d'objective personnelle restitution :whistle:
juste histoire d'émettre un peu de relativité, vis a vis de cette étude, très intéressante mais qui ne tient peut pas tout a fait compte d'une réalité qui impliquerait la notion de goût par exemple, et la faculté d'entendre issue d'une solide expérience.
Dernière édition: il y a 3 ans 9 mois par vjm.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #190

  • didier.breizh
  • Portrait de didier.breizh
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 366
  • Remerciements reçus 29
Ah ben ça alors ! C'est du lourd ! :woohoo:
Choix des cobayes : dans le but de cibler une population homogène et ainsi de s’assurer de la validité des résultats obtenus nous avons décidé de faire passer ce test uniquement à des professionnels du son (musiciens pour la plupart) ayant au moins dix années d’expérience dans des milieux divers : classique, variété, studio, radio, mixage, sonorisation et direction artistique entre autres.
Ce résultat montre en effet que la distribution des réponses données par les cobayes, apparemment déroutés par le test, est voisine d’une distribution de réponses faites au hasard (fait confirmé par les forts taux d’erreurs relevés). Nous n’avons pas montré qu’il n’y a pas de différences entre les matériels testés, en revanche nous avons clairement montré que ces différences, dans des conditions optimales d’utilisation, sont très (très) fines, voire indécelables, au point de se confondre avec un placebo. Aucun matériel n’est apparu comme de qualité vraiment différente de celle d’un autre, ce qui est pourtant un point de vue largement répandu et partagé a priori. Ceci illustre bien notre problématique concernant la subjectivité existant dans l’évaluation du matériel audio.

Tout ça en comparant du GML, Prism, DAD et SLL à une Firebox et un ADA8000. Ils n'ont plus de respect, ces jeunes... ;)
Dernière édition: il y a 3 ans 9 mois par didier.breizh.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #206

  • loicm
  • Portrait de loicm
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 465
  • Remerciements reçus 24
juste histoire d'émettre un peu de relativité, vis a vis de cette étude, très intéressante mais qui ne tient peut pas tout a fait compte d'une réalité qui impliquerait la notion de goût par exemple, et la faculté d'entendre issue d'une solide expérience.

Ce serait intéressant de voir la même étude sur le goût des professionnels et d'en faire une corrélation avec le prix des machines. ;-)

Personnellement, je mix seulement avec mes oreilles ... Le toucher, la vision, le ressenti des machines ne m'intéresse pas trop. J'ai eu une période a être très impressionné par les grands studio puis maintenant plus rien. J'irai même vers la compacité, la portabilité, la simplicité dans le domaine du matériel. Par contre, je dois avouer que j'ai encore un faible pour les vieilleries dans le bakcline et les micros. Je trouve chouette ces vieilles machines a peinture sonore comme les vieux amplis à lampe, les délais à bandes, les reverbs à ressort, les filtres résonnants, etc ...

Mais de plus en plus, je me tourne vers les plugins qui font presque aussi bien le souffle en moins et le coté pratique des recals.

Pour les préamplis et vu ce que je connais de l'industrie, je n'ai aucun doute qu'une puce moderne peut faire bien mieux que de vieux schémas d'il y a plus de 30 ans.

Chez moi, je n'utilise même plus le UA 6176 ou les 1073 et autre API ... Je passe en premier lieu par les préamps PGA de la UFX en premier choix. Par forcement une histoire de son (je n'entends pas de différence flagrantes) mais plus de praticité et surtout de souffle pour les prises a très fort gains.

On essaye de trouver en ce moment un protocole avec Touf pour tester la théorie de l'accumulation de N piste avec bon ou mauvais préamp sur un instrument comme une batterie pour aller chatouiller le rouge des préamps. On pense utiliser un splitter passif.

C'est un sujet qui me préoccupe et qui déterminera ou non la revente de tous mes préamplis analogique au profit de racks 8 canaux de préamplis a base de puce PGA pilotable a distance.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #229

  • vjm
  • Portrait de vjm
  • Hors Ligne
  • Pragmatic Gold
  • Messages : 364
  • Remerciements reçus 6
Pour les micros et les préamps comme je l'ai déjà mentionné j'ai mes préférences, et je pense que se sont, pour ce qui me concerne le matériel hard auquel je suis le plus "attaché". Pour le reste je partage ton point de vue.
Alors mois aussi je me pose la question de revente de machines, qui pourtant ont une réputation quasi "topesque" en ce moment j'arrête pas d'utiliser des mots qui n'existent pas :) dans mon dernier post; j'ai utilisé le mot "impropice", bon une part de "fantaisie" a défaut de lumière, n'est pas dramatique :whistle:
Dernière édition: il y a 3 ans 9 mois par vjm.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #247

  • didier.breizh
  • Portrait de didier.breizh
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 366
  • Remerciements reçus 29
Bah ! Chirac disait bien abraracadabrantesque...
Dernière édition: il y a 3 ans 9 mois par didier.breizh.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #248

C'est drôle, nous sommes rentrés définitivement dans une nouvelle ère.
Une ère ou la nouvelle puce électronique du moment balaye maladroitement d'un revers de main 150 ans d'histoire de l'audio et de savoirs faire associés.
Bien entendu qu'il y a des progrès séduisants dont on aurait tord de se priver.
Mais sommes nous dans une nouvelle ère ou l'on n'ose plus se confronter à la matière et aux cheminements qu'elle induit?
Pardon, je n'avais pas vu que tout était allé si vite.
Pardon je n'avait pas vu que nos outils n'étaient que de sottes béquilles sans aucuns autres intérêts que leurs fonctions premières.
Pensez vous qu'en aimant vos outils, en les respectant, en les anoblissant vous travaillerez mieux avec?
Et bien moi je pense que oui.

Bien sur que la subjectivité fait partit de notre pratique, quel ennui ce serait sinon!
Il s'agit même de la cultiver! Élaborons chacuns nos univers!
J'ai l'impression d'avoir le besoin, le devoir d'utiliser mes 5 sens pour bien travailler et oui c'est très subjectif me direz vous mais ça fait partit de notre quotidien qu'on le veuille ou non, qu'on sache le prouver ou non.
Bien évidement, ce caractère subjectif est perfectible et doit être confronter à la réalité technique, physique, chimique, atomique... ( je cherche des rimes en "iques";)
Néanmoins, ne pourrait on pas se pencher sur des protocoles expérimentaux d'un autre genre qui prendraient en compte le subjectif?
C'est franchement très difficile je l'admet et je n'ai pas la moindre idée de comment faire.
Ce qui est sur, c'est que je ne suis pas prêt à me plier à une conclusion biaisé par la limitation des connaissances actuelles (ou que trop peu comprennent réellement - je m'inclu dans les techniquement limité)

Finalement, très paradoxalement, c'est alors que disposant aujourd'hui d' outils fabuleux permettant une synthèse des genres et des époques dans notre processus de travail et selon notre sensibilité, que l'on s'essouffle à vouloir convertir le voisin à un seul et unique dogme.

Dans le fond, je ne suis pas sur d'avoir ma place ici (pas assez pragmatique?)

Bien à vous
- Bernard Pivot : En quel animal aimeriez vous être réincarné?
-Woody Allen : ...En éponge, une éponge c'est sympa et ça n'a pas d'ennemis!
Dernière édition: il y a 3 ans 9 mois par Touf.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Touf

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #255

  • Krisprolls
  • Portrait de Krisprolls
  • Hors Ligne
  • Pragmatic Gold
  • Messages : 410
  • Remerciements reçus 7
Merci pour cette analyse. Je pense qu'elle est absolument pertinente… Jusqu'à un point : tu n'aurais pas ta place ici ? J'ai compris au travers des échanges sur la gestation de ce forum que nous y avions tous notre place.
Si tu pars, je pars aussi. Je ne suis pas un scientifique. J'ai même connu de sombres heures idiophiles (tendance modérée tout de même).
Je crois que nous pouvons apporter nos pierres avec sincérité et (oui) une certaine ferveur.
Des outils inspirants, j'y crois !
Prenons l'exemple d'instruments de musique :
Certains musiciens ne jurent que par tel ou tel instrument pourtant perfectible. Ces instruments leur apportent une source nourrissant leur imaginaire, malgré les contraintes spécifiques de jeu. Je pense, pour le piano à la marque Bösendorfer. Ces pianos étaient jusque dans les années 70 80 très difficiles à jouer par rapport à la concurrence. Et pourtant ils avaient leurs aficionados.
Pour le prix (d'occasion) du mien, j'aurais pu m'acheter une Yamaha C3 neuf qui n'aurait jamais bronché, aurait toujours répondu parfaitement, avec une mécanique super fastoche et un son plus standardisé… J'ai pourtant flashé sur la voix profonde et mélancolique du Bösendorfer qui est loin d'être le plus facile à jouer et à enregistrer…
CQFD.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #257

  • loicm
  • Portrait de loicm
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 465
  • Remerciements reçus 24
C'est drôle, nous sommes rentrés définitivement dans une nouvelle ère.
Une ère ou la nouvelle puce électronique du moment balaye maladroitement d'un revers de main 150 ans d'histoire de l'audio et de savoirs faire associés.
Bien entendu qu'il y a des progrès séduisants dont on aurait tord de se priver.
Mais sommes nous dans une nouvelle ère ou l'on n'ose plus se confronter à la matière et aux cheminements qu'elle induit?

C'est drôle ce matin un copain se moquait de moi et m'expliquait que l'écriture avait tout tué ... plus de soirées contes, plus de mémorisation du savoir, plus de troubadours pour apporter la bonne parole ... bref, le visuel remplaça irrémédiablement d'autres sens utilisés depuis la nuit des temps !

Il y aura toujours des gens un peu en "avance" sur la technologie, d'autres réfractaires, les premiers oubliant probablement le sens et les seconds se privant un peu du progrès technique (je n'ai pas dit progrès en général ...)

Ce qui compte finalement, c'est sa place sociale au milieu de tout cela.
Y'a 150 ans, c'était plus que le début de l'enregistrement. Ca ne te viendrai pas a l'idée d'enregistrer sur des cylindres en cires aujourd'hui ? Tu ne serais pas crédible socialement autrement qu'au musée. (même si l'expérience me ferait très plaisir).

Tu n'oserais pas non plus arriver avec un iphone branché sur un rack tout intégré pour enregistrer un album de musique fine.

Je ne vois pas de problème particulier a vanter ou non les capacités techniques de nouvelles machines. Ca ne veut pas dire forcement remettre en cause les pratiques de certaines personnes et du passée. Mais un truc est sur, c'est que la conception des machines est la plupart du temps faite avec des gens qui ne n'ont pas d'intérêt particulier dans le son. Ce sont des professionnels de l'industrie experts dans leur corps de métier. Il est aujourd'hui impossible qu'une personne seule puisse concevoir une Studer numérique. Idem avec le logiciel où très vite il faut un niveau en maths du traitement du signal assez élevé pour faire des bonnes choses.

Je crois d'ailleurs que ce débat sur subjectivité vs objectivité technique a un dénominateur commun : l'argent disponible pour l'investissement et la rentabilisation de tout cela. Je pense que la sociologie de notre petit monde est bien plus dictée par cela que par tout autres arguments. Probablement la limite pudique a tout cela.

Le monde de l'audio bouge, on peut regretter des époques ou des matériels. Mais tout cela ne doit pas nous empêcher de créer et d'avancer.

On a la chance et le luxe de pourvoir tous accéder a du bon matériel.
Personnelement, je me pose plus de questions sur le respect des conditions sociales et écologiques des gens qui ont fabriqué le matériel que j'utilise et cela pour le son ou tout ce qui m'entoure. Et ce bilan est loin d'être bon.

Je suis très intéressé par des protocoles de tests qui font rentrer d'autres critères.
Qq idées au dela du son : la compacité, la consommation énergétique, le respect des normes environnementale, le respect des travailleurs qui ont produit la machine, la beauté subjective de la machine (désolé dans ce domaine, j'aime la modernité avec écran OLED, led multicolores, écran LCD fin, fader rétroéclairé multicolores selon la fonction, l'intégration de remote en wifi, en réseau, etc ...).

Mais la réputation ou la notoriété ne m'intéresse pas trop finalement. C'est un gage de liberté et aussi d'affirmer des choix forts et réfléchis. Je trouve cela triste que 50 ans de studio a eu exactement le même format et quasi les mêmes pratiques. L'accès au matériel a prix accessible a montré pleins d'utilisations insolites et pleins de bonnes surprises musicales. Les gens créatifs ne sortent que rarement des écoles normées. (ils ne serait rien non plus sans ces normes ... y'aurai alors plus rien a transcender)

Je conçois que ces propos puissent choquer le professionnel qui doit vivre de tout cela. Mais je suis sur que la profusion de matériel moderne pas cher est une chance pour justement montrer ses propres qualités humaines et techniques sans se cacher derrière des années d'habitudes, de grand studios avec pleins de noms connus et très cher, etc ....
La compétence !


Je crois finalement que l'on prenne le sujet par la subjectivité ou la technique, ce qui compte finalement, c'est l'honnêteté intellectuelle des bonhommes. Et je pense que pour avoir cette honnêteté, il faut être libre et affranchi de beaucoup de contraintes.

L'analyse pragmatique systématique que tu peux redouter sur un tel forum n'enlève en rien la possibilité de discussion des gouts, des croyances, des choix personnels, de l'irrationnel, etc ...

Le nier serait un manque d'humilité total.

J'espere que tu resteras parmi nous !
Dernière édition: il y a 3 ans 9 mois par loicm.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Subjectivité dans l'évaluation du matériel audio il y a 3 ans 9 mois #465

  • vjm
  • Portrait de vjm
  • Hors Ligne
  • Pragmatic Gold
  • Messages : 364
  • Remerciements reçus 6
Tout le monde a sa place dans un forum, en tout cas au vu de tes écrits Patrick l'étoile, il me semble qu'elle est tout a fait au bon endroit.

Le pragmatisme est une méthode philosophique tournée vers le monde réel. Le terme désigne parfois un mouvement de pensée selon lequel n'est vrai que ce qui a des conséquences réelles dans le monde.
Le mot pragmatisme est issu d'une école philosophique d'origine américaine, dont le fondateur est Charles Sanders Peirce. Peirce a proposé l'emploi du mot pragmaticisme pour distinguer sa démarche des usages non-philosophiques du mot « pragmatisme ». En effet, dans le langage courant, pragmatisme désigne, en anglais comme en français, la simple capacité à s’adapter aux contraintes de la réalité ou encore l’idée selon laquelle l’intelligence a pour fin la capacité d'agir, et non la connaissance.
Les deux autres grandes figures du pragmatisme classique (fin xixe siècle-début xxe siècle) sont William James et John Dewey. Pour ces auteurs, le pragmatisme représente d'abord une méthode de pensée et d'appréhension des idées qui s'oppose aux conceptions cartésiennes et rationalistes sans renoncer à la logique. Selon la perspective pragmatique, penser une chose revient à identifier l'ensemble de ses implications pratiques, car pour Peirce et ses disciples, seules ses implications confèrent un sens à la chose pensée. Les idées deviennent ainsi de simples, mais nécessaires, instruments de la pensée. Quant à la vérité, elle n'existe pas a priori, mais elle se révèle progressivement par l'expérience.

Donc faut quand même relativiser, ce n'est peut être encore qu'une vue de l'esprit, une façon de voir parmi tant d'autres...mais comme l'intention est belle, essayons de l'être, (pragmatique) même si ce n'est peut être qu'une illusion.
Dernière édition: il y a 3 ans 9 mois par vjm.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.196 secondes
Propulsé par Kunena